Itinéraires de Résistants... Chemins de Liberté ...
BUSSET: Stèle commémorative à la mémoire des Martyrs de La Goutte Grandval
BUSSET: Stèle commémorative à la mémoire des Martyrs de La Goutte Grandval

BUSSET: Stèle commémorative à la mémoire des Martyrs de La Goutte Grandval

0
0

BUSSET: Stèle commémorative à la mémoire des Martyrs de La Goutte Grandval

« Ici furent lâchements assassinés par les boches, 11 héros inconnus de la résistance le 7 août 1944. Français, souvenez vous »

Le camp FTP Casanova fut attaqué à deux reprises. Le 16 juillet, le maquis fut une première fois attaqué mais il ne souffrit d’aucune perte.
Une nouvelle attaque eut lieu le 18 juillet par des miliciens et des gendarmes GMR. Si la majeure partie des FTP s’échappa, en revanche une douzaine furent capturés et livrés aux Allemands.
Le 1er août 1944, au petit matin, 8 hommes furent arrêtés à Contigny, Monétay, par une formation militaire allemande, Schutzpolizei, en garnison à l’Hospice des Vieillards à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier) : quatre à leur domicile, Alphonse Rinder, Pierre Herundie, Aimé Fugier et Georges Husson ; trois autres, André Favier, Pierre Peronnet et Xavier Dory furent arrêtés vers 4 heures du matin au lieu dit La Racherie, commune de Contigny (Allier), à l’intersection des routes de Contigny et de Saint-Pourçain-sur-Sioule. Ils étaient tous les 3 porteurs d’armes venues du maquis du secteur de Besson. Guy Perret, le 8ème homme, appréhendé à Contigny (Allier) suite à dénonciation, devait décéder en déportation le 25 février 1945 au camp de concentration de Vaihingen-sur-l’Enz (Allemagne).

La suite

Journal VALMY
du 9 octobre 1944

Transcription de l’article du journal VALMY du 9 octobre 1944

LES ATROCITÉS ALLEMANDES

DÉCOUVERTE D’UNE FOSSE COMMUNE À SAINT-YORRE

À 2 kilomètres de SAINT-YORRE, au fond d’un ravin, au lieu dit « La Goutte Granval », on a découvert une fosse commune dans le pré servant de champ de tir aux S. S. stationnés à SAINT YORRE. Cette fosse contenait les cadavres de douze hommes. Voici, les témoignages recueillis, comment furent assassinés ces malheureux.

Le 7 août dernier, vers 11 heures, un camion s’embourba dans le chemin conduisant à la « Goutte Grandval » et ne put continuer sa route. Des Allemands en armes, au nombre d’une vingtaine sautèrent du camion, firent descendre les 11 prisonniers et le emmenèrent à pied au champ de tir. Environ un quart d’heure après, passait sur un autre chemin conduisant au même endroit, une voiture hippomobile dans laquelle avait pris place deux soldats et deux officiers, dont le commandant de la compagnie.

Un peu plus tard, vers 11 heures 30, dans le champ de tir, les 11 prisonniers furent fusillés par petits groupe; trois rafales furent en effet entendues. Les cadavres furent ensuite complétement défigurés à coup de bottes ou de crosses de fusils et enterrés pèle mêle dans une fosse sur le lieu même de l’assassinat.

Un paysan, qui de loin, avait partiellement assisté à cette scène d’horreur, mais qui par peur de représailles, s’était tu, alla, le matin même du départ des allemands, c’est a dire le samedi 26 août, gratter la terre à l’emplacement de la fosse. Il vit la main d’un cadavre qui sortait. Immédiatement, il alla faire sa déposition à la gendarmerie de Vichy; Le même jour, sur l’initiative du Comité de Libération, une équipe de volontaire alla déterrer les cadavres qui étaient en pleine décomposition.

Le surlendemain 29 août, ces malheureuses victimes de la barbarie nazie étaient enterrés dans le cimetière de Saint Yorre.

Journal VALMY du 9 octobre 1944
Nous utilisons des cookies afin de réaliser des statistiques de fréquentation de notre site Web, Mais nous n'utilisons pas de cookies publicitaire ni de réseaux sociaux. Vous pouvez accepter ou refuser nos cookies, le site fonctionnera de manière identique ...
Accepter
Refuser