Itinéraires de Résistants... Chemins de Liberté ...
MONETAY SUR ALLIER: Roger COLIN n’est pas « Mort pour la France », mais il mérite un Hommage à la mesure de son courage ….
MONETAY SUR ALLIER: Roger COLIN n’est pas « Mort pour la France », mais il mérite un Hommage à la mesure de son courage ….

MONETAY SUR ALLIER: Roger COLIN n’est pas « Mort pour la France », mais il mérite un Hommage à la mesure de son courage ….

0
0

MONETAY SUR ALLIER: Roger COLIN n’est pas « Mort pour la France », mais il mérite un Hommage à la mesure de son courage ….

STÈLE VIRTUELLE EN HOMMAGE

A

Roger COLIN

Pseudo COCO

STÈLE VIRTUELLE Roger COLIN

Reproduction de l’article paru dans le bulletin du Comité départemental de l’ANACR

Décembre 2022

Il n’est pas « Mort pour la France » … et pourtant !

Cette attestation, contenue dans le dossier GR16P136981 au Centre Historique des Archives de la Défense éclaire l’exemplaire et trop courte vie de Roger COLIN. Dossier complété et « humanisé » par sa sœur, Madame Claudine BRUN, le 28 octobre 2021.

Madame BRUN: « Avant la guerre de 39-45, mes parents, venant de Bressolles, étaient à la ferme de Montcoquier à Monétay. J’y suis née en 1936. J’avais deux frères, Roger ne en 1923 et Joseph né en 1928, décédé en 1994. Au début de l’occupation nous avons déménagé à Montigny. C’est surtout là que Roger s’est engagé dans la Résistance à partir de Novembre 42. Ce qui est confirmé par le dossier. Il recevait les ordres de Montluçon et était chef de brigade avec environ 10 hommes.

Ce sera cette équipe qui rejoindra le maquis Casanova à Meillard, début juillet 44. Je ne me souviens pas de tous les noms des camarades. Mon frère était malade, mon père essayait de le retenir mais Roger sautait par la fenêtre de sa chambre pour rejoindre son équipe. Je me souviens d’un sabotage de voie ferrée du côté de Bessay, La Ferté, le convoi avait brulé, à Montigny nous étions aux premières loges du spectacles! »

Le 11 juin 1944, Roger COLIN décède à Montigny. Il n’a donc pas participé avec ses camarades au actions du camp Casanova. Se sachant comdamné par la maladie, Roger COLIN est allé au bout de ses forces et de ses convictions patriotiques. 21 ans !! une exemplaire et bien trop courte vie !!

Gustave BURLAUD

ATTESTATION

Je soussigné Capitaine INSZELLERDOK Zénons, dit Martinaud, Commissaire d’Opération des Secteurs de la Région « A »: c’est à dire le 202e Bataillon F. T. P. F.

Certifie que le Lieutenant COLIN Roger, est resté sous mes ordres de Janvier 1944 à Mars 1944.

Le Lieutenant COLIN Roger à participer à de nombreux coups de main principalement dans la région de St-Pourçain-s/Sioule et a démontré de bonne qualités de chef et d’entraineur d’hommes, ne refusant jamais une mission si difficile soit elle. Il a trop abusé de sa personne, c’est pourquoi qu’il est tombé dans sa maladie mortelle.

Le Chef de Bataillon

Signé: INSZELLERDOK

Le Chef de Compagnie

Signé: Illisible

COPIE CERTIFIÉE CONFORME À L’ORIGINAL

Moulins, le 28 Août 1947

Lt-Colonel DUPOUX, Sce Social/Allier

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de réaliser des statistiques de fréquentation de notre site Web, Mais nous n'utilisons pas de cookies publicitaire ni de réseaux sociaux. Vous pouvez accepter ou refuser nos cookies, le site fonctionnera de manière identique ...
Accepter
Refuser